JAZZ VIVANT par Gérard Cuenod,
“JAZZ One more time”, avril 2013

Evaristo Pérez cajon-jazz Trio, concert “Les jeunes parmi le jazz”
Marignac, 2 mars 2013

Cajon, mais qu’est-ce? Vous êtes trop forts ! C’est bien une caisse, cela va de soi (“es de cajon”, en espagnol*).

Donc, il s’agit d’un instrument de percussion d’origine péruvienne, datant du VIIIe siècle, et constitué… mais si vous voulez en savoir plus, allez consulter wikipedia.

D’ailleurs ceux qui étaient au Contretemps pour Tri-bal Réunion de Philippe Cornaz savent ce qu’est cet instrument et qui est cette percussionniste, qui joue surtout avec ses mains, un peu avec son pied (pour les variations de son), et avec des balais et une cymbale.

Les mains vont très, très vite, les balais aussi, et outre un accompagnement précis, efficace et discret (tu ne peux pas faire autant de bruit qu’avec une batterie), on a droit à quelques soli époustouflants.

Je ne connaissais pas le bassiste, et j’ai été très heureux de combler cette lacune. Un beau son et une technique rigoureuse au service d’un accompagnement très “en place”, et bien sûr de soli inspirés.

Du patron, au piano, on connaît bien le jeu à la fois subtil et dynamique.

Le trio joue principarement des compositions du chef , avec une maîtrise qui tient certainement à Ia fois d’un travail sérieux en répétition et d’une complicité extrême (les mimiques de praisir ne trompent pas).

Parmi res compositions, un thème fascinant dont j’ai oublié le titre, qui est une sorte de ” fusion , enlre Caravan** et Take Five. Tout ça nous a paru beaucoup trop court…

*cajon voulant dire égatement tiroir, on peut en déduire une traductiln partante du genre : “Ça sort du tiroir”

**Non, caravan n’est pas de Duke Ertington, mais de Juan Tizor. Ah ! ces jeunes, décidément…

Gérard Cuenod, JAZZ One more time, avril 2013

Leave a Reply